Prévoir l’arrivée du printemps au jardin

printemps au jardin-camélia blanc

Les mois de janvier, février, voire mars ne sont jamais bien agréables au jardin. Qui a envie de sortir dehors dans le froid et l’humidité au lieu de rester à la maison, au coin du feu avec une tasse brûlante de thé et un livre (de jardinage ou de décoration intérieur) ?

Pourtant, il est nécessaire de s’atteler à quelques taches ingrates pour pouvoir profiter du jardin à la belle saison. 

Et parmi celles-ci, il y a le retrait des mauvaises herbes, la taille des rosiers, le paillage, la délimitation des bordures… et cette année s’est ajoutée à tout ce travail fastidieux l’apparition de renoncules sauvages que nous allons devoir retirer à la main une par une… Rien de très réjouissant si ce n’est que nous commençons à voir pointer les hellébores, le camélia aux belles fleurs blanches regorge de bourgeons et les perce-neiges, narcisses et jonquilles achetées juste avant la pandémie en Angleterre ne vont pas tarder à éclore. Le mimosa commence à faire son apparition sur les étals du marché et on se prend à rêver à nouveau à de belles tables printanières… Il faut aussi nourrir les oiseaux et les écureuils qui nous enchantent (presque au quotidien), nettoyer les coupelles d’eau et surveiller le chat du voisin qui heureusement semble être plus intéressé par les souris. 

belle hellébore blanche
printemps au jardin-roses david Austen

De nombreuses tâches à ne pas négliger

Comme il s’agit d’une maison de famille, ce sont mes parents qui s’occupent principalement du jardin et nous (les grands enfants) apportons notre contribution le week-end. Finalement, nous avons la grande chance de vivre des « digital detox » chaque semaine et cela nous fait beaucoup de bien de ne pas être face à un écran et d’exercer diverses activités manuelles. 

En hiver, nous passons aussi du temps à protéger du gel les jeunes arbres et les fruitiers récemment plantés (puis les découvrir dans la journée) – mes neveux appellent joliment ces arbres recouverts de voile d’hivernage, les fantômes du jardin. 

Nous profitons aussi de cette époque pour déplacer des groseilliers ou des mûriers pour un endroit plus adéquat, nous vérifions que les tubercules de dahlias (nous les laissons passer l’hiver en pleine terre) sont toujours bien protégés avec du paillage de miscanthus… Il faut aussi préparer la place pour les nouvelles variétés de dahlias qui ont été commandées et qui ne vont pas tarder à arriver et pour les pavots que je fais pousser sous abris. 

Pourtant, il est nécessaire de s’atteler à quelques taches ingrates pour pouvoir profiter du jardin à la belle saison. 

perce-neige au jardin

Commander bulbes et vivaces

C’est sans doute la partie la plus agréable de la saison : commander de nouvelles fleurs et réfléchir à différentes associations qui, j’espère, prendront tout leur sens dans les bouquets. Mais ce n’est pas toujours facile de trouver les variétés que je recherche, et il faut malheureusement renoncer à certaines. J’étudie les hauteurs des fleurs, leur exposition, leur couleur afin de les planter de façon harmonieuse quand elles fleuriront. Pour cela, j’ai commencé à créer des fiches en fonction des différents types de fleurs (dahlias, pavots, tulipes etc.) pour m’y retrouver et faciliter la plantation. Je trace aussi vite fait à main levée un petit plan de chaque massif avec ma sélection. 

Nous avons aussi décidé cette année de créer des bordures (rectangulaires ou circulaires cela reste encore à déterminer) autour de chaque arbre comme les jardiniers le font en Angleterre afin de les protéger lorsque la pelouse est tondue. Et l’effet est esthétiquement bien plus net et élégant. Voici deux vidéos qui peuvent vous aider à le faire vous-même. 

Autre nouvelle expérience tentée cette année, j’ai acheté de nombreuses graines de pavots (Artist’s Glory, Royal Wedding et du pavot d’Orient plus commun) et je les fais pousser depuis quelques semaines sous abri. Pour l’instant elles ont bien pris (hormis les variétés plus originales ce qui me fait penser que les graines commandées sont peut-être vieilles ?) et elles ont été repiquées deux fois déjà en attendant la mi-mars pour pouvoir les planter. Petit conseil, il me semble que j’aurais dû semer les graines un peu plus tard c’est-à-dire commencer en janvier et non au mois de novembre comme je l’ai fait. Mais nous verrons bien le résultat ! Il faut simplement que je me le note quelque part dans un de mes carnets de jardin pour ne pas oublier l’année prochaine. 

En hiver, nous passons aussi du temps à protéger du gel les jeunes arbres et les fruitiers récemment plantés (puis les découvrir dans la journée) – mes neveux appellent joliment ces arbres recouverts de voile d’hivernage, les fantômes du jardin. 

semis de pavots
jardin-printemps-4
préparer-le-jardin-printemps-25

Nous profitons aussi de cette époque pour déplacer des groseilliers ou des mûriers pour un endroit plus adéquat, nous vérifions que les tubercules de dahlias (nous les laissons passer l’hiver en pleine terre) sont toujours bien protégés avec du paillage de miscanthus… Il faut aussi préparer la place pour les nouvelles variétés de dahlias qui ont été commandées et qui ne vont pas tarder à arriver et pour les pavots que je fais pousser sous abris.

Pourtant, il est nécessaire de s’atteler à quelques taches ingrates pour pouvoir profiter du jardin à la belle saison. Mon choix s’est porté principalement sur les pavots car je trouve ces fleurs qui ressemblent à du papier de soie merveilleuses en bouquets. Elles apportent légèreté et volume et sont très poétiques. 

Tailler, protéger

Il faut également penser à prendre le temps de commander de nouvelles hellébores et des rosiers (en quantité limitée, il n’y a presque plus de place !) que j’ai repérés dans un livre de jardinage anglais. Ainsi, Wollerton Old Hall et Lady Emma Hamilton, deux superbes rosiers David Austen dans les tons pêche et aux notes d’agrumes rejoignent la collection. Je lis d’ailleurs beaucoup d’ouvrages sur les fleurs et le jardin à cette époque de l’année non seulement pour y noter des conseils (nous tenons avec ma mère des fiches et des classeurs) mais aussi pour trouver l’inspiration dans toutes ces publications.

Mais tout cela prend du temps sans compter qu’il faut également continuer à délimiter les massifs crées dans le jardin par une jolie bordure de pierres afin d’éviter que la pelouse ne s’y insère et les pailler.  

tailler les rosiers
préparer-le-jardin-printemps-11
dresser une table de printemps marque place

Les petits plaisirs

Nous commençons également à noter les dates de toutes les fêtes des plantes qui nous passionnent et nous réservons les dates dans le calendrier pour ne pas être surpris le moment venu. J’en profite aussi pour repérer des beaux jardins à visiter en France et en Angleterre en espérant pouvoir facilement voyager un peu plus tard dans l’année. 

Certains pépiniéristes ont également des journées portes ouvertes comme la Pépinière Delabroye spécialisée dans les vivaces mais nous nous y rendons seulement lorsque nous avons le temps.

Comme mentionné plus haut, il y a aussi de véritables petits plaisirs en cette saison : arranger les premiers petits bouquets et dresser une table avec les hellébores (même si elles ne tiennent pas très longtemps dans un vase), cueillir quelques fleurs blanches de camélia pour décorer une autre belle table hivernale…

Préparer le potager

Concernant le potager, il y a aussi de nombreuses choses à y faire. Quand on pense à peine s’en sortir avec le « jardin d’agrément », il faut s’atteler ensuite ou en parallèle au potager… Nous avons fabriqué avec mon père de très grands rectangles il y a quelques années pour créer un potager légèrement surélevé qui apporte structure et une certaine élégance. J’y retire donc les mauvaises herbes qui y ont poussé depuis l’automne, et un peu avant de commencer les plantations je rajouterai de le terre potagère avec un peu de fumier dans chaque rectangle. J’essaie d’organiser cet espace en suivant le principe de la rotation des cultures et réfléchis à comment associer les différentes plantes compagnons. Je m’aide de quelques ouvrages sur le sujet et ai toujours mon carnet de jardin à portée de main pour y dessiner chaque année l’emplacement des légumes. J’y note aussi le calendrier des plantations et les variétés sélectionnées. J’achète rarement des plants déjà préparés (hormis les salades) car je pars généralement de la graine ce qui est assez compliqué à suivre pour moi car je vis à Paris la semaine.

Pourtant, il est nécessaire de s’atteler à quelques taches ingrates pour pouvoir profiter du jardin à la belle saison. Mon choix s’est porté principalement sur les pavots car je trouve ces fleurs qui ressemblent à du papier de soie merveilleuses en bouquets. Elles apportent légèreté et volume et sont très poétiques. 

rectangles potager
jardin-printemps-1
préparer-le-jardin-printemps-02

Mais cette année j’irai sans doute acheter des plants de tomates chez un fournisseur que je connais et qui a généralement de bons sujets déjà testés par le passé (même si le monsieur est très antipathique mais il faut parfois fermer les yeux). Pour le reste je commande les graines chez Kokopelli, aux Fermes de Sainte-Marthe mais aussi en Pologne pour leurs nombreuses et délicieuses variétés de cornichons (que je prépare en conserve pendant l’été). 

J’ai aussi envie de préparer et de créer un véritable coin d’herbes aromatiques car c’est quelque chose de très utile en cuisine mais actuellement l’emplacement est un peu fouillis. À Paris j’ai réussi à recréer un petit coin d’herbes aromatiques en pots (voir cet article) et j’ai envie de le développer à la campagne. Enfin, quand les beaux jours seront arrivés et que la température sera un peu plus clémente, je vais peindre mes tuteurs de potager en bambou dans une belle couleur rouge afin d’apporter un peu de couleur au potager. Je vous montrerai bientôt le résultat !

Il nous reste aussi un pot de peinture pour métal Little Greene dans une très belle couleur Drummond et qui sera sans doute destiné aux tuteurs de rosiers en fer forgé. Je vous en reparle bientôt !

Partagez cet article